À une soixantaine de kilomètres de Paris, à Crouy-sur-Oucq (Seine-et-Marne), le canal de l'Ourcq serpente entre bois, champs et plaines, le long de la rivière qui lui a donné son nom. Tout au long du parcours, le canal forme une sorte de balcon, à mi-hauteur entre la plaine et le plateau Briard. Cet environnement unique d'une grande quiétude forme un paysage où l'on a plaisir à marcher, à pique-niquer et à paresser. Pour en profiter, voici un itinéraire sur les chemins de halage que vous pouvez arpenter dans sa version longue (23 km) ou bien sa version courte (11,5 km) depuis la gare de Lizy-sur-Ourcq (à partir de la 3e étape).

Comment me rendre au départ de la balade ?

Passer la carte

Adresse

Rue du Houssoy
77840 Crouy-sur-Ourcq

Petit mémo

Penser à prendre de l'eau et un pique-nique. On trouve des commerces à Lizy-sur-Ourcq. Les horaires des trains sont consultables dans la recherche itinéraire ci-dessus. Le parcours est non adapté aux poussettes.

Le canal de l’Ourcq, long de près de 100 kilomètres, a été voulu par Napoléon 1er pour alimenter en eau potable les Parisiens et améliorer le transport des produits agricoles (blé de la Brie, betterave à sucre de l’Oise…) vers la capitale. Si sa construction fut décidée en 1802, le canal entra en service en 1822 et ne fut achevé qu’en 1825.

Des fouilles archéologiques l’ont attesté : Lizy-sur-Ourcq est habité depuis des siècles, des millénaires même, car idéalement située entre rivière et fleuve, au bord du très fertile plateau céréalier de la Brie. L’arrivée du chemin de fer, au XIXe siècle, en a fait un lieu de villégiature apprécié des Parisiens et notamment des grandes familles du monde forain, dont plusieurs possèdent des caveaux dans le cimetière du village (Bouglione, Zavatta…)

Première étape

Dès les quais de la gare, on aperçoit les mâchicoulis et l’ancien donjon du château du Houssoy, une forteresse du XIVe siècle qui fut particulièrement meurtrie pendant les guerres de religion.    

C’est aujourd’hui une ferme. On emprunte la rue principale pour rejoindre le canal et un ravissant petit port.

Un bar et un loueur de canoës (« Maison du Canoë – Actiloisirs ») animent  ce hameau fluvial à partir duquel on part pour plusieurs heures de « croisière piétonne » en suivant le chemin de halage sur la rive gauche(dans le sens du cours d’eau).

Deuxième étape

Le canal suit les ondulations du terrain et notamment les variations du plateau Briard.. Ces méandres donnent au parcours tout son charme. Les arbres, et notamment les allées de peupliers, qui bordent le canal rendent le parcours bucolique. Peu après le départ, on aperçoit un petit pont encastré dans la berge : c’est là que la rivière de la Gergogne, venue de l’Oise, se jette dans le canal de l’Ourcq.

Quelques villages et hameaux ponctuent le parcours : Gesvres-le-Duc, Marnoue-la-Poterie , Vernelle et Ocquerre dont on aperçoit le clocher au loin. On y croise d’anciennes maisons d’éclusiers et quelques fermes, des petits ponts et parfois, des barges en stationnement. À 400 mètres du hameau de Gesvres-le-Duc se trouve un somptueux château (privé) dont des pavillons et un très beau ponton du XVIIe siècle ont échappé aux destructions des guerres franco-allemandes.

Autre curiosité à Marnoue-la-Poterie : les restes d’un bunker en béton pris dans les racines d’un arbre en bord du canal, là où le chemin de halage rejoint la rue de la Rivière. Il faut dire que la région fut marquée par 150 ans de guerres franco-prussiennes et franco-allemandes (1810 – 1945). Enfin, à Lizy-sur-Ourcq, on peut apercevoir de gigantesques silos accolés à un ancien port fluvial qui permettait de charger le blé briard sur des barges.

Juste avant les silos, on quitte le canal pour le chemin de Villers et les berges de la rivière de l’Ourcq, en direction de la confluence de la Marne.

Troisième étape

C’est à Lizy-sur-Ourcq que la rivière de l’Ourcq, née à 86 km en amont dans les plaines de l’Aisne, se jette dans la Marne. À partir de ce point de confluence, le canal de l’Ourcq change de partenaire pour désormais cheminer avec la Marne.

On suit le fleuve jusqu’au village de Villers-les-Rigault, où l’on traverse le canal pour se balader à travers bois sur un petit kilomètre, avant de gagner la Réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux à Congis-sur-Thérouanne (attention à la traversée de la départementale D121).

Pour ceux qui rejoignent le parcours à la gare de Lizy-sur-Ourcq, traversez le village en évitant de longer la départementale et en lui préférant le sentier de Mary pour gagner la rivière de l’Ourcq et découvrir quelques vestiges de moulins qui ont longtemps nourri la réputation des lieux.

Au 13 de la rue du Vieux-Château, vous pouvez entrapercevoir, au bout d’une longue allée privée, un somptueux moulin médiéval. Après l’église du village, prenez le chemin de Villers, qui se trouve entre le canal et la rivière de l’Ourcq.

Zoom

Créée dans une ancienne carrière de sable et de graviers située en bord de Marne, la réserve naturelle du Grand-Voyeux a été ouverte en 2012 par le conseil régional d’Île-de-France.Sur 200 hectares, dont 50% d’étangs et de mares,, se reposent et se reproduisent des oiseaux et des batraciens appartenant à plusieurs dizaines d’espèces. La majeure partie de la réserve demeure interdite au public. On y chemine sur des petits sentiers dotés d’observatoires. Apportez vos jumelles si vous en possédez. Avant de partir, vérifiez les horaires d’ouverture et les activités proposées sur le site de la réserve

Voir le site de la réserve

Quatrième étape

Le village de Congis-sur-Thérouanne ne manque pas de charme, avec sa belle église,ses corps de ferme briards et ses anciennes maisons de bourg. En le traversant par la rue du Vert Moulin, on peut apercevoir la rivière de la Thérouanne. Elle se jette quelques kilomètres plus loin dans la Marne.

À l’extrémité du village, on retrouve le canal, que l’on suit en restant rive gauche (dans le sens du courant) en direction de Villers-les-Rigault. On y quitte définitivement le canal de l’Ourcq par une allée arborée qui mène à un monument industriel digne de Jules Vernes, l’usine élévatoire créée en 1868 pour pomper l’eau de la Marne en période de sécheresse et ainsi garantir le niveau du canal. L’association Au fil de l’Ourcq organise ponctuellement des visites du bâtiment qui est toujours en activité.
    
De là, on rejoint la gare SNCF d’Isles - Armentières -Congis (Ligne P)- par un pont au-dessus de la Marne en apercevant la retenue d’eau qui alimente l’usine puis en admirant la très belle église du village d’Isles-Les-Meldeuses (attention à la circulation le long de la départementale D121).

Crédit photo : Vianney Delourme pour Enlarge your Paris