Ponctualité

Ponctualité : les questions les plus posées

Trains retardés ou supprimés lors de pannes ou d'accidents graves, information voyageurs...SNCF répond aux questions les plus posées sur la ponctualité voyageurs.

Pourquoi est-ce si souvent à l'heure de pointe que les trains sont supprimés ?

A l'heure de pointe se croise le plus grand nombre de voyageurs. 650 trains circulent simultanément sur le réseau : on compte un train toutes les 90 secondes entre Châtelet et Gare du Nord. Si une perturbation importante se produits avant l'heure de pointe, elle peut obliger à effectuer des suppressions de train, pour ne pas bloquer l'ensemble des flux. C'est toujours à contre coeur mais dans l'objectif de garantir la continuité de service.

Pourquoi attend-on autant en cas d'accident grave ?

Un accident grave impose l'intervention de plusieurs acteurs, en plus des équipes SNCF : secours, police, justice, pompes funèbres. Les actes qu'ils accomplissent prennent toujours du temps. En trois ans, le temps moyen d'intervention a été réduit de 24% grâce à une coordination de plus en plus efficace.

Pourquoi la panne qui s'est déroulé au sud de la ligne a retardé mon train au nord de la ligne ?

En heure de pointe, sur les lignes les plus fréquentées du réseau francilien, l'espace entre les train est inférieur à 2mn30 sur certains tronçons. La répercussion d'un ralentissement peut donc à certaines heures être très rapides. Comme c'est le cas sur la route quand il suffit d'une seule voiture en panne pour provoquer un bouchon de plusieurs heures si le trafic est intense.

Pourquoi ne pas utiliser les trains à l'arrêt pour compenser les trains supprimés ?

En dehors des heures de pointes, un train à l'arrêt, sur un voie d'entretien, est souvent un train en cours de maintenance ou de nettoyage. Un train à l'arrêt à proximité des voies de circulation est également le plus souvent un train qui s'apprête à être mis en service. La programmation des trains inclut l'existence de train de réserve. Mais ceux-ci sont en nombre limité.

Quelle est la part des faits extérieurs dans les retards voyageurs ?

Les événements extérieurs (actes de malveillance, accident de personnes, individus sur les voies...) sont responsables d'environ 28% des retards voyageurs.

Pourquoi le conducteur ne nous informe-t-il pas de la situation en cas d'arrêt inopiné ?

La priorité absolue du conducteur est la sécurité. Elle sera toujours la sécurité. En cas d'arrêt, le conducteur doit d'abord s'assurer de la sécurité des voyageurs et diagnostiquer l'incident. Il doit ensuite se renseigner sur la situation et attendre d'obtenir l'information du régulateur de trafic afin de pouvoir la délivrer au passager. En attendant des informations précises, qui peuvent nécessiter plusieurs minutes, il doit informer les passager-ère-s qu'il est lui-même en attente de précisions.